QU’EST-CE QUE LA MÉDIOLOGIE ?
       
 

Abécédaire

 
  La médiologie de A à Z...

(paru dans les Cahiers de médiologie n°6)

 
   
 
GRAPHOSPHÈRE
 
 
 

Période de l’esprit humain ouverte par l’imprimerie et déséquilibrée par l’audiovisuel (¼ 1470-1970). Fait passer du rationnel au scientifique, de la vérité au vérifiable. Médiasphère propice aux mythologies du progrès et aux messianismes séculiers. Début de l’accélération du temps historique et première contraction industrielle de l’espace, sous l’effet de la vapeur et ensuite de l’électricité.

R.D.

 
 
HIÉRARCHIE
 
 
 

Corollaire d’organisation. Transmettre, c’est organiser ; organiser (des choses, des concepts, ou des hommes), c’est hiérarchiser. On ne connaît pas d’organigramme sans structure d’ordre, avec position d’un premier, second, troisième, etc. Le refus des hiérarchies se confond avec celui des médiations : c’est un instantanéisme et un illuminisme. Toute posture anarchisante couvre une nostalgie idéaliste d’immédiateté (ex : le situationnisme).

R.D.

 
 
HISTOIRE DES IDÉES
 
 
 
 

Montage optique qui déroule sous nos yeux éblouis des panoramas sans toile, châssis ni pigments. L’engendrement des idées indépendamment de leurs supports, milieux et organes de transmission, cette projection rétrospective de l’intellectualisme "marche" sur une batterie de repères convenus ­, le contexte, l’origine, l’influence, la généalogie, le syncrétisme, etc., ­ où l’enquête médiologique découvre le plus souvent de pieux mensonges.

R.D.

 
  HOMINISATION  
     
 

Commencée il y a deux millions d’années, avec le premier archanthrope polisseur de galet. Toujours en cours.

R.D.

 
  HUMANISME  
     
 

L’humaniste interdit à l’homme de s’identifier à une chose. Cette idée le révulse. Pour mieux en écarter le risque, il décide que le désir d’être une chose n’existe pas et que "l’état de chose" est toujours imposé à un être humain de l’extérieur et par violence. Moyennant quoi, il se prive d’un outil de compréhension important de la relation de l’être humain aux personnes et… aux objets. Construire une culture, c’est d’abord construire un environnement d’objets. Mais en même temps, c’est définir un équilibre partagé, dans un groupe, entre le désir d’être un être humain et le désir d’être une chose qui habite tout homme. Question : une culture non humaniste n’est-elle pas mieux placée dans la conquête technologique ? Pour un humaniste, le meilleur ami de l’homme, c’est l’homme. Pour un non humaniste, c’est son fusil, sa voiture, ou son téléphone portable. Pour le premier, ce qui importe, c’est la communication interhumaine. Pour le second, c’est le perfectionnement de ses meilleurs amis. Heureusement, la culture humaniste sait créer des réserves pour les sujets plus à leur aise avec les objets qu’avec les humains afin qu’ils s’adonnent à leur passion de façon contrôlée.

S.T.

 
  HYPOTHÈSE  
     
 

"La seule utilité des hypothèses est d’attirer l’attention sur les faits qu’on avait pu négliger."

A.G. Haudricourt

 
  IDÉAL  
     
 

Guerre aux idéalités, honneur aux idéaux.

R.D.

 
  IDENTITÉ  
     
 

Les objets forment autour de tout sujet des cercles concentriques allant de l’espace le plus intime à l’espace public partageable. Ces cercles d’objets sont les enveloppes de l’identité. Ils la fondent (ce sont les supports d’inscription), ils la protègent (du vêtement au répondeur téléphonique en passant par le bunker), et ils l’élargissent (ce sont les supports de communication).

S. T.

 
  IDÉOLOGIE (avec majuscule)  
     
   

Terme inventé en 1796 (science de l’origine des idées) et détourné par le jeune Marx, pour désigner le reflet subjectif du réel, son image inversée et fantastique dans la chambre noire des cerveaux. L’idée d’idéologie comme illusion optique constitue l’obstacle épistémologique n° 1 sur la route de toute médiologie possible. Celle-ci est trop matérialiste pour se réclamer sur ce point de Marx, encore dominé par l’illusion lumineuse.

R.D

 
  IDÉOLOGIE (avec minuscule)  
     
   

Nom donné à la science de l’autre. L’historien Paul Veyne tient avec quelque raison que la sociologie est une mode évanescente et qui n’a pas lieu d’être (monographique, c’est une histoire sans le nom et normative, une philosophie sociale qui ne s’avoue pas). Le sociologue Pierre Bourdieu tient non sans argument que l’histoire n’est pas une science, fondée qu’elle est sur la superstition empiriste du cas particulier. Le biochimiste verra à juste titre dans la psychanalyse une mythologie romancée, et le psychologue, non sans motif, dans les chimiothérapies un bricolage positiviste et sans principe. Etc. L’apprenti médiologue peut s’éviter les chassés-croisés du soupçon parce que, la médiologie ne prétendant pas au titre de "science sociale", il n’a pas lieu de donner tort à son voisin pour se donner raison. Son point de vue n’exclut pas celui des autres. Et puis, "le sage n’a pas d’idées".

R.D.

 
  IDÉOLOGIES (au pluriel)  
     
 

Définition banale de l’idéologie : fumées (idées de l’autre), utopies, délires, rêverie, idées contre réalité. Définition chic : représentation du monde apparemment rationnelle (mais partielle et faussée) que se font des acteurs en fonction de leur position et de leurs intérêts (idées de l’autre, notion qui permet d’expliquer pourquoi l’idéologie dominante, o surprise, domine les médias). Rappel : "une" idéologie, ça n’existe pas. Mais il y a des idéologies, des systèmes d’idées polémiques traduisant des évaluations et visant à des effets concrets ; ils se heurtent à d’autres systèmes et visent à se propager dans d’autres têtes.

F.-B.H.

 
  IMAGE  
     
 

Classiquement, les images se divisent entre "psychiques" et "matérielles". En fait, toutes les images sont des moyens de transport. Une voiture ou un train peuvent être utilisés de cinq façons différentes : pour aller plus vite d’un point à un autre ; pour explorer une région ; pour flâner ; pour le frisson de la vitesse ; ou enfin pour le plaisir d’être emmené avec d’autres. C’est la même chose pour les images. L’image, qui est un moyen de transport, donne accès à un territoire à explorer qui ne peut l’être qu’au prix d’une série de transformations, à la fois de l’image-territoire et de soi. Toute image est alors appelée à constituer un lien, à la fois de soi à soi et avec les autres, entre corps et mot. Son échec signe toujours une incorporation.

S.T.

 
  INCARNATION  
     
 

Le corps étant le "médiateur par excellence", on peut voir dans le dogme chrétien de l’Incarnation le codage mystique, ou le préambule fabuleux, de la question médiologique originaire ; comment un Verbe se fait-il Chair ? Ou, pour parler comme Marx, comment ici-bas une "idée" devient-elle "force matérielle" ? L’étude du Messie, médiateur entre Dieu et les hommes, ou Christologie, qui est au cœur de la théologie chrétienne, offre la meilleure introduction possible au déploiement de cette question matérialiste.

R.D.

Le corps étant le "médiateur par excellence", la question originaire est : Comment la chair (avec minuscule) produit-elle le verbe (avec minuscule) ? La question de la présence du corps (humain et non pas divin) est au centre de toutes les questions sur les médiations, et notamment des images.

S.T.

 
  INCOMPLÉTUDE (principe d')  
     
 

Postulat historiquement attesté. Aucun collectif ne peut se clore ou se définir à l’aide des seuls éléments de cet ensemble. Pour pouvoir se poser comme différent des autres, ou se "clôturer", il doit s’ouvrir à un point de croyance situé en dehors de son plan d’immanence (valeur, mythe, héros fondateur, grand récit, etc.). Pas d’horizontalité "politique" sans verticale "métapolitique". Conséquence pratique : un besoin perpétuel de "passeurs" entre le fait et la valeur (sorciers, clercs, intellectuels, commissaires, éditorialistes, etc.), qui sont, comme médiateurs, les lubrifiants de l’incomplétude.

R.D.

Le travail psychique de la symbolisation ­ par lequel l’être humain construit des représentations de ses éprouvés ­ ne peut jamais être total. Toute expérience laisse subsister, dans le psychisme, un "reste" inassimilable, lié à ce que la psychanalyse appelle le "refoulement originaire". Plus l’être humain s’efforce de symboliser ses expériences, et plus il se trouve donc enfermé dans la conviction que cette symbolisation se construit sur quelque chose qui lui est irréductible. La croyance dans une transcendance est l’un des moyens par lesquels il tente de maîtriser cette expérience angoissante. Une autre consiste dans sa projection sur le groupe. La dialectique de la symbolisation et de son reste, assumée par le collectif, engendre la conviction qu’un groupe ne peut fonder sa légitimité que sur ce qui le dépasse.

S.T.

 
  INCORPORATION  
     
 

S’incorporer, c’est prendre part à un corps (organisme, agencement, groupe) et non à une chair (incarnation). C’est la possibilité même de dépasser la solitude et la finitude temporelle de la chair, par le collectif et par la transmission.

L.M.

 
  INFORMATION  
     
 

Métaphore tirée du vocabulaire médical séduisante mais inconsistante, quand elle conduit à parler de la peste sans parler des rats : la contagion sans porteurs ni milieux.

R.D.

 
  IRRÉVERSIBILITÉ  
     
 

Mot délicat, qui expose autant que progrès à de faciles objections : bégaiements de l’histoire, effets-jogging, archaïsmes rénovateurs, etc. On parle pourtant de lignées techniques, qui sont ponctuées de cliquets d’irréversibilité. Ceux-ci s’observent partout où dominent la guerre, et la concurrence du marché (forme de guerre au ralenti), qui obligent chacun à s’équiper des outils les plus performants : aucun agriculteur ne troquera, toutes choses égales d’ailleurs, son tracteur contre une paire de bœufs, et il serait suicidaire d’équiper une armée d’arbalètes face à des chars AMX… Deux correctifs pourtant : le temps technique, jeune ou rapide, est enchâssé dans des relations pragmatiques et des usages sociaux beaucoup plus vieux ou visqueux ; et l’on sait d’autre part que dans les marges du temps social soumis à l’efficacité et à la concurrence, tous les retours ludiques, esthétiques ou sentimentaux sont permis : l’imprimerie n’a pas tué la calligraphie, ni l’automobile les sports équestres.

D.B.

 
  LIGNE VERBE / LIGNE CHAIR  
     
 

Les deux pôles de la communication (yin et yang). Pôle écriture, symbole, différé, logique, rigide, etc. versus pôle oralité, indice, direct, souple, sensoriel etc. Ces deux modes ou courants se partagent les constructions culturelles les plus diverses (christianisme, marxisme, psychanalyse, sociologie, etc.). Ligne Verbe : Églises réformées, IVe Internationale, Lacan, Durkheim. Ligne Chair : communautés charismatiques, gauchisme soixante-huitard, Jung, Tarde. Partage qui n’est pas seulement dans les sensibilités mais dans le vécu des appareils : les "demoiselles du téléphone" et "ces messieurs du télégraphe". Issu du cornet acoustique fabriqué par Bell afin d’aider une fille sourde de ses amis, qu’il finit par épouser, le téléphone, véhicule de la voix, instaure malgré lui une relation affective. Issu de la guerre et des besoins du pouvoir centralisé, le télégraphe code à froid une information abstraite.

R.D.

C’est aussi une question d’économie : le livre imprimé est une représentation pauvre, ascétique, et du même coup bon marché. Préférez-vous lire Lorenzaccio ou le voir au théâtre ? Quand on a les moyens on ajoute la couleur, l’image, le mouvement, la 3D, la chair. Entre écrire Le Docteur Jivago et le tourner, les coûts (et les retours sur investissements) sont sans comparaison ; en face des studios de Hollywood l’écrivain fait figure d’artisan ou de moine. Lequel pourtant donne le plus à penser, à rêver ? Toujours se rappeler qu’en termes d’information less is more. Au moins pour le "penseur" éduqué dans la graphosphère.

D.B.

 
  LIVRE  
     
 

Cheval de bataille des pédagogues et des défenseurs de la graphosphère contre les séductions racoleuses des écrans et des NTIC, plus live mais toujours suspectes de barbarie. Depuis cinq cents ans, notre culture s’est édifiée autour de "l’ordre des livres" (Roger Chartier), auquel nous devons le rationalisme classique, la philosophie des Lumières, le socialisme, voire le monothéisme… Aujourd’hui encore, rien ne remplace pour la rumination constructive de l’esprit ces petits parallèlépipèdes de papier adaptés à la poche ; au point qu’écrire un livre (ou du moins le signer) demeure chez nous une marque de distinction. Dans un monde où les informations fusent et se bousculent, il est d’abord cet enclos où, comme dit fortement Derrick de Kerckhove, "les mots demeurent en repos" (comme les images dans les musées).

D.B.

 
  LOCOMOTION  
     
 

"L’homme commence par les pieds" a constaté Leroi-Gourhan. Libérant la face et la main, la marche sur deux pieds rend en même temps possible le langage articulé et l’outil manuel. Dans l’émergence du phénomène humain, après le Zinjanthrope, le paléontologue a observé le caractère global et interdépendant du système locomotion ­ préhension ­ phonation, ou encore bipédie ­ outillage ­ langage. C’est en raison de cette articulation, biologique, physiologique et logique, que le médiologue s’efforce de rassembler sous un même regard machines locomotives et machines symboliques, modes de transport et modes de transmission.

R.D.

 
  LOGOSPHÈRE  
     
 

État de civilisation suivant l’invention de l’écriture, dans lequel l’écrit, au statut encore subordonné, sert d’abord à transcrire une oralité primordiale aux dictions encore sacralisées. En Grèce, assure le passage du mythos au logos, ou du récit légendaire au discours rationnel. Naissance, avec l’alphabet vocalique, de l’universel.

R.D.

 
   
<< page précédente << >> page suivante >>